Une soirée réussie, des échanges riches, des rires, de l'émotion et un débat nourri par les résonances que les SAYNETES ont déclenché chez chaque spectateur.

theatre-d-intervention-du-12-avril-2011 0149theatre d intervention 12avril2011 0175theatre d intervention 12avril2011 0177theatre d intervention 12avril2011 0180theatre d intervention 12avril2011 0183theatre d intervention 12avril2011 0186

A la villa Sophie, devant 35 personnes (parents, enseignants), 3 comédiens professionnels ont joué saynètes de 20 minutes suivies chacune d'échanges avec le public.

Après le succès de la conférence de Sophie Benkemoun organisée par l'APEL Sainte-Famille en 2009, (800 personnes (!), intitulée "parler pour que les enfants écoutent, écouter pour qu'ils vous parlent", les directions et l'APEL Sainte-Famille ont choisi de renouveler ce service proposé aux familles de l'école et du collège.

 Ils souhaitaient reprendre des thèmes relatifs à la communication enfants-parents de manière interactive et ludique.

Le théâtre d'intervention leur est apparu comme un excellent outil pour aborder ces sujets sensibles et "libérer la parole".

Après plusieurs réunions avec les directions pour définir ensemble les thèmes pertinents, les membres de l'APEL ont rencontré Stéphane Van De Rosieren (comédien, scénariste) et Séverine Wallon (responsable de la diffusion) de la compagnie la Belle Histoire.

Au cours de cette première rencontre, appelée étape-éponge, les comédiens s'imprègnent des problématiques exposées pour bâtir leur scénario et les restituer efficacement.`

La trame des saynètes est écrite à l'issue de cet échange mais les comédiens, véritables médiateurs permettant de faire passer un message et d'engager la réflexion, s'adaptent le soir même au public et laissent une part à l'improvisation.

 

Le débat animé par notre présidente de l'APEL, Madame Valérie Savary, cherchait à stimuler les échanges sans viser à apporter des paroles d'expert ; l'objectif de la soirée étant d'éviter tout aspect moralisateur ou normatif autour des thèmes abordés :

De nombreux thèmes ont été évoqués :

      les risques de dépendance aux "outils modernes" (le doudou, le portable, l'ordinateur, facebook...),

      l'absence de distance avec "ces outils" (véritables "cordons ombilicaux" n'autorisant pas la séparation ou l'individualisation de l'enfant ou de l'adolescent mais aussi "outils" de conformisme social.

      ainsi, furent abordées les questions d'appartenance au groupe, l'influence des modes aussi bien chez les enfants, les adolescents que chez les adultes...

 

Le contenu des saynètes, le jeu des acteurs, et le débat visaient à développer une notion fondamentale véhiculée régulièrement dans notre établissement Sainte-Famille et son projet : tolérance, respect des différences, construction d'un sujet autonome et responsable de ses actes, inscrit d'emblée dans la société avec des valeurs altruistes.

Il s'agit des limites réciproques qui construisent l'enfant, les parents eux-mêmes... Elles permettent de réfléchir au respect des espaces de chacun et la liberté qui en découle.

A l'issue de la représentation, les échanges conviviaux ont pu se poursuivre autour d'un "verre de l'amitié" avec les acteurs, les parents présents, les enseignants.

Des documents permettant de poursuivre la réflexion étaient également disponibles (plaquettes, lieux de parole, enfance et petite enfance, adolescence, groupes parents, maisons vertes sur le secteur, CMP)...

Les membres de l'APEL ont été sensibles aux retours positifs des parents et des enseignants présents ce soir-là même s'ils comptaient et auraient apprécié une mobilisation plus forte.

Merci aux directions pour leur écoute et leur souci de donner la place aux parents de l'APEL qui souhaitent offrir aux familles un service en lien avec un des aspects de leur mission.

Un grand merci également à l'engagement de la compagnie la Belle Histoire qui a su répondre avec talent, nuance et émotions,  à nos attentes.

Cette prestation révèle leur professionnalisme ainsi que leur engagement au service d'une réflexion au sein de notre communauté éducative et dans notre société en général.

 

Retour à l'accueil